Les richesses du Mali, ce que l’on ne nous dit pas.

Publié: 3 octobre 2012 dans Uncategorized

See on Scoop.itle côté obscur du nucléaire français

lien médiapart en cliquant sur le titre du post —>

Vidéos: Interview Many Camara, universitaire résidant à Angers, qui est le représentant en France de Faléa 21. Il présente la situation générale de l’exploitation des richesses minières maliennes. Dans une 2e partie il exposera les objectifs du projet citoyen Faléa 21. Par T. Gourichon. CitiZen Nantes. Août 2010

 

et pour en apprendre plus c’est ici —>

 

La commune de Falea, dans la région de Kayes au sud ouest du Mali est menacée par l’implantation d’une mine d’uranium et subit déjà les affres de la prospection. L’association des ressortissants et amis de la commune de Falea (ARACF) s’est lancée en 2010 dans un combat acharné contre l’exploitation uranifère. Dans la commune de Falea qui regroupe 21 villages et ses 17 000 habitants, l’histoire de l’exploration du sous-sol ne date pas d’hier : dans les années 1970, déjà, la Cogema et le Bureau de Recherche Géologique Minière en collaboration avec la société d’Etat malienne SONAREM avaient effectué travaux de prospection. L’exploitation n’avait pas semblé rentable à l’époque, notamment du fait de l’enclavement de la zone, des problèmes d’accès à l’eau et de l’énergie nécessaire au fonctionnement de la mine.

http://survie.org/francafrique/mali/article/falea-ou-la-colonisation-miniere

 

et

 

Mine d’uranium, ce scandale que l’on refuse de voir

Par Isabelle Chevalley** Conseillère nationale verte libérale (suisse)

 

On peut aussi se demander pourquoi des compagnies australiennes se rendent en Afrique alors que leur continent contient encore de grandes réserves d’uranium

Je reviens du Mali où j’ai assisté à un colloque de trois jours sur les risques pour la santé de l’exploitation des mines d’uranium. Ce colloque était organisé dans le cadre du partenariat entre l’IPPNW (Association internationale des médecins contre les armes nucléaires) et une association malienne de villageois de la zone de Faléa, région destinée à accueillir une future mine d’uranium, l’ARACF (Association des ressortissants et amis de la commune de Faléa). J’ai pu constater l’importance de donner une information sérieuse et scientifique aux populations locales. De plus, de nombreux représentants de collectivités vivants dans les zones de mines d’uranium, comme à Arlit au Niger ou en Afrique du Sud, sont venus témoigner de leur quotidien.

http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/390924be-a43a-11e1-8393-1fc615131f93/Mine_duranium_ce_scandale_que_lon_refuse_de_voir

 

 

 

See on blogs.mediapart.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s