Foutage de gueule nucléaire : le bilan de la France changé en trois jours

Publié: 5 octobre 2012 dans Uncategorized

See on Scoop.itle côté obscur du nucléaire français

La Commission européenne a publié jeudi son rapport sur les «stress tests» nucléaires. La «note» de la France s’est améliorée par rapport à la version publiée lundi par Le Figaro.

 

Günther Oettinger, le commissaire européen chargé de l’Énergie, a présenté jeudi à la presse le rapport faisant la synthèse des évaluations de sûreté («stress tests») menées sur 132 réacteurs nucléaires en service dans l’Union européenne pour tirer les leçons de Fukushima. La version définitive de cette «communication» diffère sur plusieurs points avec celle, «de travail», révélée lundi par «Le Figaro». En particulier, plusieurs «mauvais points» adressés aux centrales françaises ont disparu dans la version officielle.

 

Un tableau récapitule, à la fin du rapport, pour chacun des 132 réacteurs européens s’il satisfait ou non à onze critères retenus. Une petite croix indique qu’il y a insuffisance sur un critère. Un exemple: dans la version de travail, les centrales de Chooz et de Civaux avaient une croix dans la colonne correspondant à une insuffisance des procédures d’urgence. Ces croix ont disparu. Autre exemple: les instruments de mesure de tremblements de terre étaient considérés comme insuffisants à Belleville. Ils ne le sont plus.

 

À Paris, un porte-parole de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) assure qu’aucun de ses représentants n’est intervenu pour faire modifier le rapport européen. Interrogé sur ce point, Günther Oettinger a assuré qu’il «n’y a pas eu de censure», «qu’aucun exploitant n’a exercé son influence». «On a peut-être ajouté ou enlevé des croix, après réunion avec les experts», a-t-il ajouté.

 

…/…

De son côté, l’ASN a publié jeudi en fin d’après-midi un communiqué pour faire part de ses «réserves sur la communication de la Commission européenne».

Le gendarme français du nucléaire assure n’avoir pas été associé à l’élaboration des conclusions du rapport de Bruxelles. Mais loin d’estimer le rapport trop sévère pour les centrales françaises, l’ASN au contraire regrette par exemple que la Commission «ignore certaines recommandations importantes du rapport final des stress tests» publié au printemps comme «la nécessité de prévoir des moyens externes d’intervention rapide en cas d’accident»…./….

 

 

 

See on www.lefigaro.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s