jeux des chaises musicales dans le lobby politico industriel nucléaire

Publié: 9 octobre 2012 dans Uncategorized

See on Scoop.itle côté obscur du nucléaire français

La piste de Jean-Pierre Jouyet, patron de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), pour la présidence de la Banque publique d’investissement s’est précisée lundi mais le poste stratégique de directeur général suscite toujours autant de spéculations.

 

Selon le journal Le Monde, Jean-Pierre Jouyet cumulerait ses fonctions actuelles avec la supervision de la BPI, un scénario confirmé à Reuters par trois sources proches du dossier.

 

« C’est bien effectivement ce que l’on entend en interne », dit une de ces personnes, selon qui ce scénario est cohérent avec le schéma de gouvernance envisagé pour ce projet phare du quinquennat du président François Hollande.

 

La Caisse des dépôts, avec 50% des actions, se voit attribuer la présidence de la banque et l’Etat, avec 50% des parts restantes, pourra choisir un directeur général.

 

Reçue à l’Elysée par François Hollande, Anne Lauvergeon, ancienne patronne du groupe nucléaire Areva, est régulièrement citée comme ayant le CV adéquat.

 

Elle a à son actif le fait d’avoir réussi à fusionner les différentes entités qui forment actuellement le groupe Areva, une expérience de prix pour créer une banque unique à partir des différentes filiales du groupe Caisse des dépôts.

 

Son héritage financier et stratégique comme patronne d’Areva est cependant controversé et sa réputation de femme jalouse de son indépendance et de son autorité pourrait inquiéter l’Elysée.

Les interrogations portent notamment sur la capacité d' »Atomic Anne » de cohabiter et d’accepter l’autorité d’un Jean-Pierre Jouyet président de la BPI.

 

« LA FEMME QUI RÉSISTE »

Anne Lauvergeon, qui a soutenu François Hollande, a publié durant la campagne présidentielle un livre dont le titre, « La Femme qui résiste », peut donner à réfléchir au gouvernement, qui a placé beaucoup d’espoirs dans le succès de la BPI.

 

Le PDG de la compagnie des Alpes et ancien numéro deux de la CDC, Dominique Marcel, serait aussi bien placé dans la course.

Passé par les cabinets des anciens Premier ministre et ministre socialistes Lionel Jospin et de Martine Aubry, il a le profil compatible avec le poste. Mais la rivalité qui l’a opposée à Jean-Pierre Jouyet pour la direction de la CDC après l’élection de François Hollande pourrait être en obstacle.

 

François Drouin, patron d’Oseo, serait aussi dans la course mais son poste actuel est à la fois un avantage et un handicap.

Oseo, filiale de la CDC qui finance les PME, aura un rôle majeur à jouer au sein de la BPI. Des observateurs redoutent que François Drouin avantage son ancienne maison au détriment des autres filiales qui constitueront la BPI.

 

« ESTAMPILLÉS CDC »

François Drouin et Dominique Marcel ont tous deux le désavantage d’être « estampillés CDC » alors que l’Etat devra affirmer son autorité vis-à-vis de la Caisse au sein de la BPI.

D’autres noms ont aussi circulé, comme celui de Jean-François Severino, ancien dirigeant de l’Agence Française de Développement, mais il n’y a guère de spéculations sur des patrons venus du privé.

 

La rémunération pourrait dissuader certains prétendants après la décision du gouvernement de limiter les salaires des patrons d’entreprises publiques à 450.000 euros.

 

Le projet de BPI est en outre éminemment politique et peut effrayer un patron plus habitué aux demandes financières de ses actionnaires qu’aux revendications d’élus locaux.

 

Le directeur général de la BPI devra à la fois gérer les attentes du gouvernement, supporter la supervision de la Caisse des dépôts et accepter le fait que les régions françaises jouent un véritable rôle dans la gouvernance de la banque.

 

Les exécutifs régionaux seront membres du conseil d’administration de la BPI et présideront son comité national d’orientation. La perspective de côtoyer des poids lourds politiques comme Ségolène Royale pourrait faire réfléchir à deux fois des patrons.

 

La nomination du président de la BPI et de son directeur général est attendue pour le conseil des ministres du 17 octobre. (Avec Elizabeth Pineau, Jean-Baptiste Vey et Matthieu Protard, édité par Emmanuel Jarry)

 

source :

http://www.zonebourse.com/AREVA-8084917/actualite/AREVA-BPI-Jouyet-vers-la-presidence-speculations-sur-la-direction-15316005/

 

See on www.zonebourse.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s