Histoire des essais nucléaires français : du désert de la soif à l’île du grand secret.

Publié: 19 octobre 2012 dans Uncategorized

See on Scoop.itle côté obscur du nucléaire français

La seconde guerre mondiale s’est achevée sur l’explosion de deux bombes atomiques américaines sur le Japon.Dans un climat de guerre froide naissant, le général De Gaulle décide l’autonomie complète de la France en matière de défense. C’est pourquoi il crée, le 18 octobre 1945, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), dont la mission est de mettre le nucléaire au service de l’industrie, de la science et de la Défense nationale.

 

La politique d’accession au nucléaire se fait par épisodes successifs assez discrets : un gisement d’uranium est découvert dans le Limousin ; la première pile atomique Zoé est dévoilée ; à Marcoule, une centrale électrique utilise l’énergie atomique pour l’extraction du plutonium.

 

En avril 1958, le président du conseil Félix Gaillard demande une première campagne de tir ; le retour du général De Gaulle au pouvoir va accélérer les choses.

 

L’exploitation militaire future de la puissance nucléaire est confrontée au problème majeur du choix du site ; finalement, après les îles Kerguelen et la Polynésie, le choix se porte sur le Sahara et plus particulièrement la région de Reggane. Il faut tout construire dans le désert autour de Reggane, pour accueillir les installations et les six mille personnels qui serviront au centre d’essais des oasis.

Après plusieurs mois de travaux, la première bombe atomique (dite bombe A) française explose le 13 février 1960 (1). Peu après, des équipes spécialisées procèdent à des prélèvements sur les matériaux et matériels exposés aux actions thermique, mécanique et radioactive de l’explosion. Trois autres explosions (en avril et décembre 1961, puis en avril 1962) parachèvent la campagne d’essais en atmosphère au Sahara.

 

Les expérimentations françaises font l’objet de différentes critiques de la part des puissances atomiques, dont les Etats-Unis, qui désapprouvent l’accession de la France à l’arme “ultime,” mais aussi de la part des états africains nouvellement indépendants qui craignent la contamination du continent.

Dès lors, la France décide de procéder à des essais sous-terrains engageant de gigantesques travaux

d’aménagement.

 

En tout, treize tirs sous-terrains sont effectués.

 

Cependant, les accords d’Evian privent la France d’un champ de tir proche et isolé (2) qu’il allait falloir remplacer.

Les atolls de Mururoa et de Fangataufa offrent la configuration idéale : isolés et stables géologiquement, ils permettent différents types d’essais sans danger immédiat. Dès 1963, les gigantesques travaux d’aménagement des infrastructures recommencent ; les ingénieurs sous-marins creusent une passe dans la ceinture corallienne pour permettre l’arrivée des nombreux bateaux de la Marine nationale qui acheminent le matériel et les personnels.

 

Le 1er juillet 1966, le premier tir aérien sur barge, baptisé “Aldebaran”, est un succès ; d’autres suivront. A la mi-septembre, les ingénieurs du CEA expérimentent une nouvelle technique, le tir sous ballon, qui consiste à suspendre la charge sous un ballon captif gonflé à l’hélium à environ 600 mètres d’altitude ; le tir est baptisé “Bételgeuse”. Au total, huit tirs ont été effectués entre 1967 et 1968.

 

A partir de 1968, la France est prête à expérimenter la bombe thermonucléaire (dit Bombe H) sur l’atoll de Fangataufa, mais les mouvements sociaux de la métropole retardent la décision gouvernementale. Le tir “Canopus” est un succès ; deux semaines plus tard, l’essai est confirmé par un deuxième tir.

 

1 : la première bombe atomique française fut baptisée “Gerboise bleue” et sa puissance était comparable à l’équivalent de 70 000 tonnes de TNT ou à 3 fois celle d’Hiroshima.
2 : les accords d’Evian stipulaient que la France pouvait continuer ses essais jusqu’en 1967, date à laquelle elle devait rendre au gouvernement algérien le site de Reggane démonté et décontaminé.

 

 

See on www.ecpad.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s