Archives de juin, 2013

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

Depuis presque 30 ans, les installations nucléaires françaises ont fait le choix du faire-faire, c’est-à-dire qu’elles ont délibérément choisi de faire sous-traiter les travaux de maintenance en ayant recours à des salariés d’entreprises extérieures ou des travailleurs intérimaires. Or ces situations de travail et d’exposition aux rayonnements ionisants et aux cancérogènes présents sur ces sites posent divers problèmes en termes de santé des travailleurs et de sûreté des installations. En effet, cette organisation du travail expose les 25 000 salariés sous-traitants à 80% de la dose de rayonnements ionisants et de poussières radioactives inhérente au fonctionnement de l’industrie nucléaire et tend ainsi à créer un véritable transfert des risques sur la sous-traitance. Ces conditions précaires de travail restent alors peu visibles, car supportées par un personnel non statutaire, dépendant des marchés contractés avec les donneurs d’ordre, personnel atomisé et nomadisé pour intervenir sur l’ensemble du territoire français toute l’année (voire tout au long de la carrière), rendu à l’incapacité d’organisation et de réflexion collective sur qu’il est en train de vivre.

See on blogs.mediapart.fr

Publicités

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

 

Le personnel qui travaillait à la remise en route du réacteur n°1 a dû être évacué à la suite d’un « rayonnement transitoire ».

 

Le service de presse de la préfecture de la Vienne a confirmé l’évacuation du personnel de la centrale de Civaux qui travaillait à la remise en route du réacteur n°1, soit une douzaine de personnes. L’évacuation a eu lieu ce jeudi après-midi aux alentours de 15h. Le réacteur était en phase de maintenance avant sa remise en route lorsqu’on a constaté une source de rayonnement radioactif.
Plusieurs ouvriers ont donc été touchés par une dose de radioactivité pendant « un laps de temps très bref » selon les responsables de la centrale. L’origine de ce rejet radioactif n’a pas encore été identifié et il n’y a pas de radioactivité anormale détectée sur le reste du site.

http://poitou-charentes.france3.fr/2013/06/27/la-centrale-nucleaire-de-civaux-evacuee-278445.html

Résistances & Alternatives ‘s insight:

rayonnenment transitoire, ouf ! faisait que passer donc !

 

See on poitou-charentes.france3.fr

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

Des « charges sérieuses » de travail illégal pèsent contre Bouygues sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche) après deux ans d’enquête préliminaire. C’est ce qu’a indiqué jeudi le procureur de la République de Cherbourg, Eric Bouillard, qui décidera d’ici à la fin de l’année d’engager ou non des poursuites.

Une source judiciaire proche de l’enquête a par ailleurs assuré qu’il y avait « beaucoup » de probabilité que l’enquête aboutisse à un procès en correctionnelle, sans doute début 2014. Des dirigeants de Bouygues, d’EDF – dont le directeur du chantier, Antoine Ménager – avaient été placés en garde à vue en novembre dans le cadre de cette enquête, mais ils sont ressortis sans poursuite.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/27/epr-bouygues-fortement-soupconne-de-travail-illegal_3437942_3224.html

 

Résistances & Alternatives ‘s insight:

une forte main d’oeuvre des pays de l’est sur ce chantier …le nucléaire crée des emplois, on vous le répète !!!

 

See on www.lemonde.fr

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

M. Hollande, à l’instar des Aborigènes, nous voulons présenter aux Japonais nos plus sincères excuses pour ce nouvel envoi de combustible nucléaire et ces accords que vous avez signés pour faire renaître de ses cendres cette industrie qui a déjà tant semé la ruine.

Nous avons honte de votre indifférence au sort du peuple japonais. Honte de votre ode à la croissance et votre refus de voir la catastrophe toujours en cours.

Aux enfants malades et à ceux qui vont le devenir, aux paysans qui ont perdu leurs terres, à ceux qui ne peuvent plus retourner dans leurs maisons comme à ceux qu’on laisse criminellement revenir dans des villes contaminées, nous demandons : Pardon.

 

http://blogs.mediapart.fr/edition/nucleaire-lenjeu-en-vaut-il-la-chandelle-pour-lhumanite/article/260613/m-hollande-lenvoi-de-mox-au-japon-nous-fait

 

See on blogs.mediapart.fr

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

Junko Takase préside l’association  Pensées pour Tohoku, qui oeuvre en faveur des enfants de l’après-Fukushima. Son objectif : exfiltrer des enfants japonais de leur environnement radioactif durant quelques semaines pour leur permettre de se ressourcer en France.

See on www.midilibre.fr

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

Selon World Nuclear News , la quantité d’électricité produite par l’industrie électronucléaire en 2012 est descendue à 2346 TWh, soit 7% de moins qu’au cours de l’année 2011 (2518 TWh) et 11% de moins que l’année 2010 (2630 TWh) [1] ; la production mondiale d’électricité d’origine nucléaire est ainsi revenue au niveau de l’année 1999 (2372 TWh) du fait de l’arrêt de la quasi-totalité des réacteurs Japonais et des quelques menus problèmes rencontrés en 2012 au niveau de centrales américaines (Fort Calhoun, San Onofre, Cristal River…) et Belges (Doel, Tihange).

 

Au niveau mondial, le nucléaire ne représente plus que 10.4% de l’énergie électrique et encore moins en énergie « finale »

 

article complet –>

http://gen4.fr/post/2013/06/La-production-%C3%A9lectronucl%C3%A9aire-mondiale-a-recul%C3%A9-de-13-ann%C3%A9es

 

See on gen4.fr

See on Scoop.itLe Côté Obscur du Nucléaire Français

Si l’incendie qui s’est déclaré, lundi, à la centrale du Bugey (Ain) a rapidement été maîtrisé, l’indisponibilité du réacteur, comme celle à Cattenom, début juin, pour un autre incendie, a été soulignée par les antinucléaires. Au-delà de la question de la sécurité des centrales, ils ironisent sur le caractère « intermittent » du nucléaire, une critique toujours adressée aux énergies éolienne et solaire. Ces indisponibilités mettent en tout cas la lumière sur la faible disponibilité du parc. Hier, dix-huit réacteurs parmi les cinquante-huit du parc nucléaire d’EDF (dans dix-neuf centrales) étaient indisponibles à la production. Aux arrêts « fortuits » s’ajoutent en effet ceux liés à la maintenance et aux arrêts pour recharger le combustible.

 

La faible demande d’électricité pèse aussi sur la production. Après le dimanche 16 juin, où les prix de l’électricité négociés sur le marché ont été négatifs (« Les Echos » du 19 juin) , EDF a mis à l’arrêt cinq réacteurs le week-end dernier, à Gravelines, Nogent-sur-Seine ou Saint-Alban et a baissé la puissance de dix autres, pour éviter que les prix ne basculent encore dans le rouge. Au total, vingt-quatre réacteurs étaient arrêtés. Un chiffre qui n’est pas un record mais parmi les plus hauts, reconnaît EDF. Et en dépit de ces ajustements de production, les prix de marché sont tombés à 8 euros du mégawattheure (MWh) dimanche, un niveau très bas.

 

Cette baisse des prix de marché, liée pour partie à l’arrivée sur le réseau des énergies renouvelables, commence à susciter des réactions. « Au regard des surcapacités de production électrique […], la réforme du dispositif de soutien à certaines filières (cogénération, éolien, solaire…) devient un enjeu majeur et urgent », a plaidé hier l’Afieg. L’association, qui regroupe des opérateurs alternatifs, propose notamment « de remplacer les contrats d’obligation d’achat par une prime fixe de capacité ».

Impact sur la consommation

Car cette déprime des prix sur le marché de l’électricité a aussi un impact sur les prix payés par le consommateur : La contribution au service public de l’électricité (CSPE), collectée sous forme de taxe sur la facture d’électricité, finance l’écart entre le tarif de rachat de l’électricité et les prix de marché. Plus ceux-ci sont bas, plus la CSPE sera élevée… Et si l’évolution de cette taxe est aujourd’hui plafonnée (à 3 euros par mégawattheure), le montant devra néanmoins être apuré.

 

Sur les cinq premiers mois de l’année, la production nucléaire d’EDF s’est inscrite en recul de 1,5 %, en dépit d’un mois de mai qui a battu les records de froid. Après un recul de la production nucléaire de 3,8 % l’an dernier, EDF table toujours sur une légère hausse cette année (entre + 1,2 % et + 2,5 %). Après avoir renoncé à atteindre un taux de disponibilité des centrales de 85 % (il est repassé sous la barre des 80 % l’an dernier), le PDG d’EDF, Henri Proglio, s’est fixé un objectif « à 82-83 % » sur les années 2013 et 2014, « en moyenne ».

Véronique Le Billon

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202851561408-nucleaire-pres-d-un-reacteur-edf-sur-trois-a-l-arret-579603.php

 

 

 

See on www.lesechos.fr